• Mathias Matallah

Halte au confinement !

Pourquoi les pays qui ne confinent pas ou peu s’en sortent-ils beaucoup mieux que nous ?


Le confinement à la française va se révéler très vite le choix le plus bête et le plus inepte pour gérer cette pandémie. Et plus le déconfinement tardera, plus il deviendra criminel et suicidaire.


Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les pays européens qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont choisi un confinement très souple. En nombre de morts par tête d’habitant, l’Allemagne et l’Autriche, qui ont choisi cette réponse à la pandémie, font respectivement 6 et 5 fois mieux que nous. Les Pays-Bas, qui ont choisi l’immunisation collective mais fermé leurs écoles et lieux publics, font légèrement mieux que nous. Ces ratios ne prennent pas en compte les chiffres de décès définitifs dans les EHPAD., ils ne feront donc que se dégrader en notre défaveur.


L’exemple le plus édifiant est celui de la Suède. Tous les lieux publics, restaurants et autres, y sont ouverts, les écoles primaires également. Le télétravail y est recommandé ainsi que la distanciation sociale. Neil Ferguson, le fou furieux d’Imperial College qui a affolé tous les gouvernements occidentaux, leur prédisait l’apocalypse et le châtiment de dieu, c’est-à-dire au moins 70.000 morts. Heureusement qu’ils l’ont pris pour ce qu’il était. A ce jour, ils en ont 409, ce qui, rapporté à leur population, représente un ratio de 4 décès pour 100 000 habitants, soit près de 3 fois moins de morts par tête d’habitant que nous, encore une fois avant les vrais chiffres des EHPAD.


Le gouffre qui nous sépare de ces pays ne se résume pas à ces ratios. Nous aurons énormément plus de suicides et de décès de personnes âgées mortes de solitude qu’eux. En sortie de confinement, nous aurons une explosion de dépressions et d’arrêts de travail qu’ils n’auront pas. Enfin, nous nous préparons à un trauma collectif interminable qu’ils ne subiront pas. Les enfants qu’on a séparés de leurs parents et qui n’auront même pas pu assister à leurs funérailles seront hantés pendant très longtemps par cette pandémie et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.


Le coup de grâce sera le cataclysme économique que nous allons affronter après le confinement et qui constituera pour nous une deuxième peine. Notre folie collective entraînera bien entendu nos voisins aussi dans une grave crise économique mais ils seront bien plus que nous en état de de l’affronter. Eux redémarreront relativement rapidement, pas nous parce qu’ils n’auront pas un trauma collectif profond à gérer en parallèle.


Comment avons-nous pu sombrer dans une folie aussi suicidaire ? L’aversion au risque de nos élites dirigeantes, notamment les énarques, a joué un rôle important. Terrorisés eux-mêmes à l’idée d’affronter une crise à laquelle rien ne les avait préparés, ils n’ont eu de cesse depuis 3 semaines que de diffuser cette panique à l’ensemble de la population. Ils n’ont pas arrêté de rabâcher à l’infini le discours le plus anxiogène les chiffres les plus négatifs. Ils ont encouragé, au moins implicitement, des médecins, qui auraient mieux fait de s’occuper de leurs patients, à prédire jour après jour l’apocalypse avec pour seule motivation de ne pas être débordés par l’afflux de patients dans leurs services.


Pourquoi avoir à ce point choisi la stratégie du pire et s’obstiner à continuer à foncer dans le mur ? Pourquoi avoir entraîné tout un pays dans un désastre économique dont il ne se remettra peut-être jamais ? Emmanuel Macron avait justifié ses décisions par le souci de protéger nos ainés, ce qui était jusqu’à un certain point audible. La situation dans les EHPAD, où l’on a laissé les personnes âgées mourir dans une solitude absolue pour ne surtout pas encombrer les services de réanimation, qui ont pourtant à ce jour un taux d’occupation inférieur à 70%, en dit long sur la sincérité de cet engagement. En résumé, le Président de la République s’est abrité derrière de nobles motifs pour masquer sa trouille blême et ses promesses n’engageaient, comme aimait à le dire Jacques Chirac, que ceux qui les recevaient.


Que peut-il se passer à présent ? Dans la mesure où Emmanuel Macron s’est prudemment mis aux abonnés absents, j’ai écouté attentivement les dernières prises de parole de Edouard Philippe et elles ne m’incitent pas à l’optimisme. Quand j’entends dire qu’il faudra encore plusieurs semaines pour définir les seules règles du confinement, je me dis que sa panique est désormais palpable et que ça ne promet rien de bon. Espérons que j’aie tort.

Mathias Matallah, CEO

Retrouvez-nous sur Linkedin, Tweeter et Facebook !

https://www.medicine4i.com/

https://medieval4i.com/fr/

#coronintox #mathiasmatallah #medicine4i #epidémie #pandémie #covid #coronavirus #covid19 #Jourdapres #Tempsdapres #Confinement

284 vues

©  Medicine4i - 4 rue de Castellane, 75008 Paris

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black LinkedIn Icon