• Mathias Matallah

CARNET DE BORD (Covid-19)

Coronavirus : chronologie quotidienne d’une pandémie

(le 20 mars) …« Le ratio de décès sur les cas déclarés en France est de 3,6 % et est en train de se dégrader à toute vitesse. Celui de l’Allemagne est de 0,2 %, soit 18 fois moins »


VENDREDI 20 MARS


1/ 10 965 cas (+ 20 %) et 372 décès (+ 40 %) hier, 12 612 cas (+ 14 %) et 450 décès (+ 20 %) aujourd’hui. Le nombre net de nouveaux cas est de 1 197. 5 226 personnes sont hospitalisées, dont environ 20 % en réanimation. Environ 6 000 sont guéries. Le gouvernement utilise pour ces personnes guéries la formule de « confinées chez elles », ce qui ne manque pas de saveur quand on sait que 65 millions de Français sont confinés chez eux. Mais nos dirigeants adorent visiblement les litotes.


2/ La bonne nouvelle de la journée est la baisse du nombre de nouveaux cas. La croissance du nombre de cas recensé (+ 15 %) est la plus faible depuis le 12 mars et après un record de nouveaux cas (1 489) le 19 mars, on est retombé à 1 245 aujourd’hui. Une hirondelle ne faisant pas le printemps, même un 20 mars, il est trop tôt pour parler de franche décrue, les jours suivants nous diront si c’est le cas.


3/ La mauvaise nouvelle est l’augmentation continue des décès, avec un ratio particulièrement élevé par rapport aux cas recensés, il y a quelque chose qui est en train de déraper, nous y reviendrons plus loin.


4/ La nouvelle référence de nos géniaux dirigeants et médecins est la Chine, qui grâce au confinement, n’aurait plus aucun nouveau cas. Cette référence à un régime totalitaire, qui confond allégrement information et propagande, est confondante. Comment a-t-on pu en arriver à un tel niveau de panique et d’égarement ?


5/ La version chinoise est un gigantesque bobard. Comment Wuhan as-t-elle pu contaminer l’Italie et pas le reste de la Chine ? C’est rigoureusement impossible : Wuhan n’est pas un petit bled de campagne mais une mégapole de 9 millions d’habitants, connectée en temps ordinaire au reste du pays par des dizaines de vols quotidiens. A moins que le gouvernement n’ait identifié le virus avant même qu’il ne se propage, ce qui poserait des questions autrement plus graves, il a forcément contaminé toute la Chine.


6/ Comment se fait-il alors qu’il n’y ait que 3 000 morts ? Tout simplement parce qu’on ne meurt pas du Covid-19 mais avec le Covid-19. Les Chinois sont les champions du monde en malades du diabète et des broncho pneumopathies chroniques obstructives (BPCO) et du diabète de type 2. Les deux maladies tuent ensemble 2,5 millions de personnes par an et la seule BPCO tue 2 personnes toutes les minutes et est un facteur terriblement aggravant dans le cas d’une contamination par le Covid-19. Le diabète de son côté en tue 3 par minutes et il est facile dans un pays où la moindre information, même la température à Pékin, est un secret d’État, de requalifier le décès de personnes contaminées par le Covid-19 en décès liés aux maladies chroniques précitées.


7/ La France n’a pas le monopole de la psychose soigneusement orchestrée et entretenue. J’ai vu hier sur CNN une émission à vomir. Des jeunes gens contaminés témoignaient naïvement, sans se rendre compte qu’ils étaient soigneusement manipulés et que le seul objectif de la chaîne état de passer le message que même les jeunes étaient concernés. Quand on sait que sur la base des pourcentages de décès tirés des cas déclarés, la mortalité des moins de 40 ans est inférieure à 2 pour mille, ce n’est plus du journalisme mais de la voyoucratie. Pourquoi ne confine-t’en pas ces imbéciles pour quelques mois ? Ça permettrait à des centaines de millions de personnes de retrouver un peu de sérénité.


8/ La crise sanitaire que nous vivons actuellement donne un éclairage intéressant sur la qualité des systèmes de santé européens. Le ratio de décès sur les cas déclarés en Italie est de 9 %, ce qui est proprement effarant. L’Espagne est à environ 5 %, ce qui est mieux mais pas terrible. Le ratio français est en train de se dégrader à toute vitesse, il est passé en quelques jours de 2,2 à 3,6 %. A ce rythme, nous allons rapidement atteindre les ratios de l’Espagne, dont le système de santé est d’une qualité très médiocre. Quand on sait que les services de réanimation sont loin d’être surchargés, on peut légitimement s’interroger sur celle du nôtre.


9/ A l’autre bout, il y a les bons et les très bons élèves. On cite souvent comme modèle la Corée du Sud, qui a effectivement un ratio légèrement inférieur à 1 %. On cite également Taiwan, Singapour et Hong Kong et on sent une fascination pour ces pays qui sont encore gérés sur un mode beaucoup plus autoritaire que le nôtre. Le succès de la Corée du Sud est attribué à un dépistage massif. En réalité, il y a forcément d’autres facteurs qui jouent dans la mesure où elle n’a testé 0,5 % de sa population.


10/ Cette fascination pour les régimes autoritaires est en réalité un leurre. Une vraie démocratie peut parfaitement gérer ce type de crises et le meilleur élève de la classe est de très loin notre voisin d’Outre-Rhin, qui a un ratio de décès de 0,2%, c’est-à-dire 18 fois inférieur au nôtre. Notre orgueil de gaulois en prend un sacré coup dans la tronche, mais c’est ce modèle et l’immense fossé qu’il a avec le nôtre qu’il faut comprendre pour y trouver les facteurs clés de succès de la maîtrise d’une pandémie. Ce ne sera pas ce coup-ci, le train est déjà passé, mais comme je fais partie des optimistes qui pensent qu’on ne sera tous morts au bout de la péripétie du moment, ce sera pour la prochaine fois.


A suivre !


Mathias Matallah, CEO


Retrouvez-nous sur Linkedin, Tweeter et Facebook !


https://www.medicine4i.com/

https://medieval4i.com/fr/


#Coronavirus #Covid19 #Coronintox #Medicine4i #Mathiasmatallah #Epidémie #Pandémie #Covid


0 vue

©  Medicine4i - 4 rue de Castellane, 75008 Paris

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black LinkedIn Icon